renlac

SOUPÇONS DE FRAUDE AU CONCOURS D’INSPECTEURS DES DOUANES 2018 : Le REN-LAC entre dans la danse, se constitue partie civile au dossier

Dans nos éditions n°255 du 1er février 2019 et n°274 du 1er novembre 2019, nous faisions cas de forts soupçons de fraude et de favoritisme au concours direct de recrutement de cinq inspecteurs des Douanes session 2018. Les résultats définitifs de ce concours ne semblaient pas faire l’unanimité. Des soupçons de fraude avaient amené certains candidats à saisir le Tribunal administratif puis le Conseil d’Etat. Les visites médicales, principale origine de la suspicion, avaient été reprises et nous avions également relevé une cacophonie incompréhensible au niveau de la Justice. Les résultats de ces visites médicales étaient introuvables dans le circuit judiciaire. Le dossier prend à présent des contours forts sérieux .

En vue de solliciter sa manifestation pour la vérité sur cette affaire, le Réseau national de Lutte anti-corruption (REN-LAC) a été saisi par les candidats contestataires. Sans hésiter, le REN-LAC va tenter de donner un coup de main, avec ses arguments. En effet, le 14 novembre 2019, dans le cadre de sa mission de lutte contre la corruption, il s’est constitué partie civile pour suivre de près le dossier. Pour cette structure de la société civile bien au parfum de l’affaire depuis le début, au regard des informations publiées dans nos colonnes, le candidat admis, Parou Remi Pacali, aurait été bénéficiaire de pratiques répréhensibles des acteurs en charge de l’organisation du concours en question. Pour le Réseau, ceux qui se seraient rendus coupables de ces faits frauduleux doivent subir toute la rigueur par la loi.

En rappel, à propos de la cacophonie qui régnait au sein de la Justice concernant ce dossier, nous relevions, dans nos précédentes éditions, que le Tribunal administratif avait accédé à la requête conservatoire des candidats qui contestent les résultats du concours des inspecteurs des Douanes session 2018, du fait de la forte puanteur de fraude lors des visites médicales des candidats admissibles. Le juge administratif avait alors ordonné la reprise de ces visites médicales sous la direction du président de l’Ordre des médecins. Ce qui a été fait. Les résultats avaient été transmis au juge. Mais visiblement, le dossier semble être bloqué à ce niveau                  depuis lors. Impossible d’avoir les nouveaux résultats des examens médicaux. Contre toute attente, le juge chargé du dossier et détenteur des nouveaux résultats a été affecté avec le risque évident de ralentir la procédure. Affaire à suivre !

Avatar
Ecrit par
Salifou OUEDRAOGO
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Avatar Ecrit par Salifou OUEDRAOGO

Nous suivre sur…