cdeao

Trop d’échos pour Eco, mais allons plus loin

Il souffle comme une ère de réjouissance dans les esprits de beaucoup d’Africains qui, depuis le mois de juin 2019, sentent le parfum d’une fierté ou d’une dignité perdue et retrouvée. L’annonce de l’adoption d’une nouvelle monnaie par les chefs d’Etat de la CEDEAO a provoqué une onde de choc de type émotionnel. Ça se comprend. Le combat contre le franc CFA, la monnaie des colonies françaises d’Afrique, date de très longtemps. Cette décision sous la pression essentielle de la société civile africaine et de certains intellectuels est déjà bonne à prendre. Il faut même la saluer.

Mais le constat est que cette décision historique ne fait pas toujours l’unanimité au sein même du club des présidents. Si les chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest souhaitent l’enterrement du FCFA, l’un des symboles prégnants de la colonisation en 2020, il faudra bien que les leaders d’opinion, qu’ils soient de la société civile ou qu’ils soient de la communauté universitaire, ou même des citoyens ordinaires appuient sur l’accélérateur. Déjà, il est question d’arrimer toujours la future Eco à l’Euro. Si les choses en restaient là, l’Afrique aurait-elle évolué dans cette lutte de libération financière et économique ? Il faudra aller encore plus loin, n’en déplaise à ceux qui, la mort dans l’âme, tirent la grande majorité vers le bas. Si l’Afrique dort, l’Afrique mourra ! Avait alerté le Pr Joseph Ki-Zerbo.

Aimé NABALOUM
Ecrit par
Aimé NABALOUM
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Aimé NABALOUM Ecrit par Aimé NABALOUM

Nous suivre sur…