VIE DU JOURNAL: Une délégation du CSC dans les locaux de Le Reporter

C’est une délégation du Conseil supérieur de la  communication (CSC) conduite  par le Conseiller Alexis Konkobo qui a été reçue dans les locaux du bimensuel d’investigation Le Reporter dans la matinée du mercredi  24 octobre 2018. Cette visite, selon Alexis Konkobo, s’inscrit dans une nouvelle dynamique de l’institution afin  de  s’enquérir des conditions de travail des hommes de médias et une occasion pour l’institution de solliciter un nouveau type de collaboration avec ceux-ci.

D’entrée de jeu, le chef de la délégation a tenu à saluer et louer le courage des journalistes du bimensuel pour le choix de l’investigation et de la plume engagée. En effet, pour Alexis Konkobo, ce genre journalistique, loin d’être évident, est un genre qui contribue fortement au développement d’un pays. C’est dans cette logique d’encouragements que le CSC a voulu solliciter une nouvelle collaboration qui se veut être «étroite», selon les dires du chef de la délégation.  «Par le passé, je sais qu’il y a eu des tiraillements entre vous et le Conseil supérieur de la communication. Nous voulons que vous sachiez que c’est désormais une sollicitation de collaboration étroite que nous déposons sur votre table». Alexis Konkobo soutient que dans cette nouvelle dynamique, le Conseil supérieur de la communication ne voudrait plus se cantonner dans ses missions de punition, de régulation et d’audition. Il a appelé de tous ses vœux le Journal à une nouvelle collaboration basée sur l’échange permanent et inclusif en vue de renforcer la démocratie amorcée par le Burkina Faso ces derniers  temps. Le chef de la délégation a tenu à féliciter Le Reporter pour avoir contribué, de façon substantielle, à positionner le Burkina Faso dans la sous-région et dans le monde parmi les pays les plus nantis en termes de promotion de la démocratie.

Prenant la parole à son tour, le Directeur de publication, Boureima Ouédraogo,  a tenu à remercier ses hôtes pour leurs initiatives de visiter un certain nombre de médias en vue de toucher du doigt les réalités des médias burkinabè. Pour Boureima Ouédraogo, Le Reporter est disposé à accompagner le Conseil supérieur de la communication dans sa nouvelle dynamique de collaboration. Il a ensuite exhorté le CSC à montrer une certaine image pour préserver sa légitimité de pouvoir interpeller les médias, car pour lui, si l’institution elle-même est tiraillée dans tous les sens, son autorité s’en trouverait remise en cause. Poursuivant, Boureima Ouédraogo a exhorté le Conseil à plus de pédagogie dans leur mission de veille au respect de la législation et de la déontologie en matière d’information. En effet, il a appelé le CSC à se démarquer des critiques subjectives tendant à confondre les critiques de l’institution à celles des citoyens lambda. Il soutient que «nous voulons que vous respectiez les lois en la matière pour qu’on ait des organes de presse crédibles, dont la production est au-dessus des critiques objectives». Le Rédacteur en chef du Journal, Yacouba Ladji Bama, prenant la parole, a porté une doléance à l’endroit du Conseil supérieur de la communication pour voir dans quelle mesure, l’institution pourrait aider les journalistes à avoir un accès facile aux documents administratifs. Pour lui, l’accès difficile des journalistes aux documents ne facilite pas souvent la production d’articles de meilleure qualité.

Salifou OUEDRAOGO (Stagiaire)

Ecrit par
Le Reporter
Voir tous les articles
Ajoutez votre commentaire

Ecrit par Le Reporter

Nous suivre sur…